Glaise

Glaise

Franck Bouysse

Manufacture de livres

  • par (Libraire)
    16 février 2019

    Une romanesque noir, un tour de force

    Le roman type que j'adore ! Franck Bouysse nous prend par la main pour nous faire assister à une sacrée autopsie des âmes humaines. Et moi je l'ai suivi, même quand ça faisait mal.


  • 2 février 2018

    Bien loin de cette "glaise" qui colle aux mains et aux coeurs des personnages de ce roman, il y la Guerre, et les hommes sont partis la faire, laissant derrière eux les femmes, les trop âgés ou trop abîmés pour y aller et les trop jeunes pour la faire. Joseph a quinze ans , beaucoup d'espoir et des émotions plein le ventre. Ce nouveau roman de Franck Bouysse est l'histoire de trois familles, meurtries par leurs morts, attachées à leur terre. La haine est présente aussi, et le silence, le mal de dire. le lire, c'est entendre ces mots que dans ce Cantal au début du XXème siècle, on taisait pour ne pas pleurer.


  • par (Libraire)
    9 novembre 2017

    En août 1914, dans une ferme du Cantal, Joseph, 15 ans, fait ses adieux à son père, Victor, mobilisé. Aux anciens, femmes, enfants et infirmes de prendre en charge le dur labeur des exploitations. Même les chevaux ont été réquisitionnés. Si Mathilde et Joseph pallient avec courage l'absence de Victor, la jalousie, terreau de bien des drames, va faire son apparition... Dans ce roman noir à la fois brutal et poétique, Franck Bouysse donne la parole à ceux qui vivent la guerre loin des champs de bataille et endurent plus que leur part de souffrances. Mais de la glaise peut aussi naître une belle histoire d'amour...


  • par (Libraire)
    2 novembre 2017

    Les deux pieds dans la glaise

    Après le magnifique "Grossir le ciel", Franck Bouysse, nous met les deux pieds dans la glaise : celle de St Paul de Salers (dans le Cantal) qu'il faut cultiver coûte que coûte même en l'absence du père (on est en 1914) mais qu'on peut aussi sculpter. Le quotidien de Joseph et la tranquillité des lieux vont être bouleversés par l'arrivée d'Anna et de sa mère chez les voisins, les Valette...

    Laëtitia


  • par (Libraire)
    2 novembre 2017

    Émois

    Franck Bouysse excelle dans le genre, une alliance entre le roman noir et le roman de terroir. La terre du Cantal soudainement pesante, lourde, aliénante. L'été caniculaire de 1914 ne présage rien de bon. Le chaos et la furie guerrière sont géographiquement éloignés mais les absences et les absents persistent et se font ressentir plus lourdement. La terreur est sournoise, elle se faufile. Les silences glissent puis s'incrustent dans une ambiance délétère et poudreuse. De la glaise à la poussière...


  • 3 octobre 2017

    Le retour à la terre

    L'auteur raconte les destins croisés de trois familles dans un coin reculé du Cantal. A l'arrière, ces familles perçoivent la guerre de 14-18 comme une absence essentiellement. Les montagnes forment presque un huis-clos dans lequel s'épanouissent les rancœurs et les déceptions. Glaise est également un très beau roman d'initiation et d'amour avec des personnages d'une grande profondeur.


  • par (Libraire)
    29 septembre 2017

    Conseillé par Lucie et Marie-Laure

    En 1914, dans le Cantal, les hommes sont appelés sur le Front de la Grande Guerre. Il faut laisser les champs en friche, cesser les travaux de la ferme, abandonner femmes et enfants... Tous pensent revenir bientôt. Et les saisons passent, rythmées par la charge du travail et par les quelques lettres de ces soldats. Demeuré sur place, Joseph, tout juste quinze ans, doit grandir vite et remplacer son paternel. Dans les fermes d'à côté, deux hommes sont restés : Léonard trop vieux pour se battre et Valette réformé à cause de son handicap. Dans ce contexte si particulier, les sentiments et les rancœurs vont s'exacerber.
    Franck Bouysse nous plonge corps et âme dans une atmosphère singulière. Son récit trouve sa force à la fois dans la finesse de son écriture et dans la profondeur de ses personnages. Un véritable envoûtement !
    Son roman "Grossir le ciel" a été primé à plusieurs reprises et notamment par le Prix SNCF du polar 2017. Roman policier coup de cœur de l'ensemble de l'équipe !


  • par (Libraire)
    22 septembre 2017

    Roman d’amour, d’orages et de violences

    La terre, la vie rude des hommes qui la travaillent, la lourdeur insidieuse des jours… voilà bien le cœur des romans démoniaques de Franck Bouysse. Pour le lecteur fidèle, pas de lassitude pour autant ! Avec « Glaise », les retrouvailles sont agrémentées de sel et de piment plus encore.

    L’orage gronde en ce mois d’août 1914. Les hommes valides rejoignent le front. Au cœur du Cantal, un village voit son quotidien bouleversé. Joseph a quinze ans, il doit remplacer son père à la ferme. Il sera aidé par le vieux Léonard, mais voir partir son père est un choc. Il le sait, son univers sera désormais « amputé de la part tendre de l’enfance ».
    Le voisin Valette est handicapé d’une main, c’est son fils Eugène qui part. Il en est humilié. Il recueille pour un temps sa belle-sœur et sa nièce, mais l’arrivée des deux citadines ravive de vieilles rancunes. Des mondes différents se confrontent, que la guerre va définitivement faire exploser.
    Le conflit mondial est loin, mais, par petites touches, -un courrier, une permission annulée, l’annonce d’un décès, la perquisition des vaches,- il accompagne la tension qui enfle. Chaque chapitre nous le rappelle, qui débute par un plan serré, scène ou paysage du quotidien, et qui s’achève comme un couvercle violemment posé sur la marmite bouillante.

    Joseph aime sculpter la terre glaise qu’il récupère dans les champs : il malaxe la matière collante et lourde, tout en contant ses émotions, son espoir de revoir le père, sa fierté grandissante, son assurance de créateur amoureux. Il pétrit ce monde, comme Franck Bouysse cisèle l’ample vocabulaire poétique de ce roman noir.

    Quel coup de poing ! Roman d’amour, d’orages et de violences, « Glaise » regorge de la recherche de sérénité : l’un sait la trouver, l’autre ne peut que s’en cacher derrière la haine, un troisième sait l’avoir perdue à jamais.


  • 21 septembre 2017

    Un énorme coup de cœur pour ce roman noir !
    1914. La guerre se subit aussi à l'arrière même en plein cœur du Cantal. Les fermes doivent continuer à tourner sans les hommes partis au front, et les familles doivent lutter pour leur survie, face à la violence de la nature, et luttant contre un homme avide de pouvoir.
    Glaise est un roman qui ne peut laisser indifférent, par l'écriture qui est d'une puissance rare, mais aussi par la galerie de personnages animés d'espoirs, de regrets, d'amour et de haine...


  • par (Libraire)
    13 septembre 2017

    Le nature writing à la française

    Si Franck Bouysse était américain et écrivait sur le Montana ou l'Alaska, il serait considéré comme un TRÈS GRAND AUTEUR de roman noir et nature writing.
    Or, Franck Bouysse est français et écrit sur les Cévennes et le Cantal, alors réjouissons-nous d'avoir un tel auteur parlant de nos contrées.
    Quand le nature writing devient le rural polar !