Lutter contre l'infertilité
EAN13
9782815961745
Éditeur
Editions de l'Aube
Date de publication
Collection
Monde en cours - Essais
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Lutter contre l'infertilité

Editions de l'Aube

Monde en cours - Essais

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782815961745
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    16.99

  • Aide EAN13 : 9782815961752
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    16.99

Autre version disponible

À ce jour, la question de l’infertilité tient une place très paradoxale dans
le débat public. Peu de sujets ont autant d’implications à la fois
individuelles et collectives dans la société française. L’infertilité touche
en effet à l’intimité des femmes et des hommes qui la subissent. Ellepose
aussi des défis inédits à l’ensemble du système de santé, tant en matière de
prévention que de prise en charge curative. Elle vient bousculer le rythme des
entreprises. Elle a des conséquences en matière d’égalité entre les sexes.
Elle met en jeu les grands équilibres démographiques et par conséquent les
grands équilibres sociaux, économiques et géostratégiques. L’infertilité est à
la fois une question intime et une question sociétale, qui devrait être placée
au cœur des grands enjeux politiques contemporains. Pourtant, malgré ces
conséquences multiples, l’infertilité demeure un sujet peu débattu, mal connu,
trop souvent ignoré. Un sujet qui met mal à l’aise les familles, mais aussi
les décideurs publics. Trop intime, trop douloureuse, trop méconnue,
effrayante par sa portée, la question de l’infertilité n’a jusqu’à aujourd’hui
jamais fait l’objet d’une approche systématique de politique publique. Elle
est encore trop souvent reléguée au second plan, à une simple « histoire de
bonne femme », alors qu’elle touche directement 3,3 millions de nos
concitoyens – un chiffre qui va croissant. Face à ce défi, les experts et la
société civile se mobilisent. Les femmes et les hommes qui vivent
l’infertilité dans leur chair, les chercheurs qui l’étudient, les médecins qui
y consacrent leur carrièreet leur vie, se mobilisent. C’est avec ces acteurs
de terrain, spécialistes engagés, membres d’associations et de collectifs, que
nous avons préparé et conçu un plan d’action pour répondre à lamission voulue
par le ministre des solidarités et de la santé et le secrétaire d’Etat en
charge de l’enfance et des familles. Ensemble, en auditionnant des acteurs
institutionnels, des spécialistesde la fertilité, des représentants du monde
associatif et de la société civile, mais aussi des couples de patients et
d’anciens patients, soit plus de 130 auditions réalisées en présentiel et
distanciel, nous avons construit un ambitieux plan de lutte contre
l’infertilité. Ce sont ces auditions qui nous ont permis d’identifier des
actions prioritaires en réponse aux causes de l’infertilité – causes
médicales, environnementales et sociétales. Dans un contexte où la fréquence
de l’infertilité masculine et féminine n’a cessé d’augmenter de façon
particulièrement inquiétante, notamment au cours des vingt dernières années,
la mission appelle à la réalisation d’une stratégie nationale de prévention et
de recherche sur l’infertilité. Il en va non seulement de l’avenir des
millions de couples français qui affrontent au quotidien dessituations
d’infertilité, mais aussi, à plus long terme, de la préservation de l’espèce
humaine.Ce rapport s’inscrit dans le prolongement de la loi bioéthique
promulguée le 2 août 2021. L’article 4 de la loi prévoit en effet la mise en
place d’un plan national pour lutter contre l’infertilité. Il dispose que «
les mesures nationales et pluriannuelles d’organisation concernant la
prévention et l’éducation du public, l’information sur la fertilité féminine
et masculine, la formation des professionnels de santé et la coordination en
matière de recherche et de protocolisation pour lutter contre toutes les
causes d’infertilité, notamment comportementales et environnementales, sont
définies par arrêté conjoint des ministres chargés de l’éducation nationale,
de la santé, de larecherche et de l’écologie ». Notre objectif a doncété de
dresser un état des lieux précis quant aux causes de l’infertilité et aux
moyens existants pour combattre celle-ci, tout en formulant des propositions
d’actions concrètes, afin d’engager unedémarche active et coordonnée en
France. Car la prévention de l’infertilité ne doit pas se concevoir au niveau
individuel uniquement.Elle doit aussi comporter un volet collectif, social et
politique. Pour tenir compte des évolutions du monde moderne, la société doit
désormais faciliter la vie des parents et futurs parents, en développant des
politiques publiques garantes d’un nouvel équilibre familial et professionnel.
Elle doit notamment permettre aux femmes qui souhaitent avoir des enfants de
mener à bien ce projetlorsque leur fécondité est optimale, sans que ce choix
porte atteinte à leur carrière. Mais elle doit aussi travailler en profondeur
sur les causes environnementales qui sont à l’origine de nombreusessituations
d’infertilité. C’est trop souvent l’accumulation de ces causes, individuelles
et collectives, environnementales et sociétales, qui conduit les couples à ne
pas pouvoir concevoir, à ne pas parvenir à fonder une famille.Notre travail
s’est concentré sur les causes de l’infertilité. Celles-ci doivent en effet
être parfaitement identifiées et comprises,dans leur pluralité, pour pouvoir
être efficacement combattues.Notre conviction est que ce premier travail doit
être prolongé de façon à améliorer la prise en charge de l’infertilité en
France – sur les plans médicaux et psychologiques et tout simplementen matière
de résultats de l’assistance médicale à la procréation. Car la France peut
être beaucoup plus ambitieuse en la matière. Elle peut et doit l’être, si elle
veut être en mesure de répondre de façon adéquate à la hausse de l’infertilité
et à ses conséquences présentes et àvenir pour le pays. Dans la lutte contre
l’infertilité, une approche coordonnée et d’ampleur nationale est
indispensable. La mission propose des réponses ciblées, mais s’est aussi
attachée à concevoirune réponse plus globale, avec la création d’un Institut
national de la Fertilité pour impulser, piloter et coordonner la recherche,
les actions de prévention et la prise en charge des patients et patientes.
Seule cette approche lucide et holistique du défi que représente la fertilité
descouples, depuis ses causes jusqu’au parcours d’aide médicale à la
procréation lorsque celui s’avère nécessaire, peut permettre de proposer des
réponses à la hauteur de l’enjeu. C’est dans cettelogique que nous avons
conduit notre mission, avec le souci d’apporter des solutions rapides à ce
phénomène politique et social.
S'identifier pour envoyer des commentaires.