Notre vagabonde liberté, À cheval sur les traces de Montaigne
Éditeur
Éditions de l'Observatoire
Date de publication
Collection
Essais
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Notre vagabonde liberté

À cheval sur les traces de Montaigne

Éditions de l'Observatoire

Essais

Offres

  • Aide EAN13 : 9791032900208
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

  • Aide EAN13 : 9791032900192
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

Autre version disponible

« Je sais bien ce que je fuis, mais non pas ce que je cherche », expliquait
Montaigne à propos de la longue chevauchée qu’il fit à travers l’Europe en
1580. Gaspard Kœnig aussi sait ce qu’il fuit : les injonctions permanentes des
gouvernements et des algorithmes. Il s’est donc lancé sur les traces de
Montaigne, en suivant le même itinéraire, avec le même moyen de transport : un
cheval, ou plutôt une jument, Destinada. Pour rejoindre Rome, le cavalier et
sa monture ont parcouru 2 500 kilomètres pendant cinq mois, passant par le
Périgord, la Champagne, les Vosges, la Bavière, la Toscane… Toquant aux portes
pour trouver gîte et couvert, parcourant les campagnes mais aussi les zones
commerciales et les centres-villes, l’écrivain a eu tout le loisir de «
frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui », comme le recommandait
Montaigne. Dans cette plongée au cœur des territoires, la générosité et
l’hospitalité sont presque toujours au rendez-vous. Au rythme du pas, notre
modernité révèle ses vertus et ses travers. L’occasion pour l’auteur de
renouer avec certains thèmes chers à Montaigne : la relation entre l’homme et
l’animal, l’art du dépouillement, les conflits religieux, la diversité des
cultures ou les leçons de la nature…   Au fond, que Gaspard Kœnig pouvait-il
bien chercher dans un tel vagabondage, sinon la liberté ? La sienne, celle que
l’on cultive dans cette « arrière-boutique » où se réfugiait Montaigne. Mais
aussi la nôtre, exigence politique plus contemporaine que jamais.
S'identifier pour envoyer des commentaires.