Les Maia
  •  
EAN13
9782367321127
ISBN
978-2-36732-112-7
Éditeur
Chandeigne
Date de publication
Collection
BIBLIOTHE/LUSIT
Nombre de pages
800
Dimensions
21 x 14 x 2 cm
Poids
590 g
Fiches UNIMARC
UTF-8 / MARC-8

Les Maia

Chandeigne

Bibliothe/Lusit

Offres

Les MAIA / Eça de Queiroz

Jorge Luis Borges considérait Eça de Queiroz comme « un des plus grands écrivains de tous les temps » : Les Maia, paru en 1888, est indubitablement son chef-d’œuvre. Il appartient au genre des romans « cycliques » où l’on suit le destin non seulement d’une personne, mais d’une famille, précédant ainsi Les Buddenbrooks de Thomas Mann et la Forsyte Saga de Galworthy.

Le nœud de l’action est une sulfureuse histoire d’amour dans le goût romantique, mais le grand intérêt du récit est ailleurs : dans la peinture d’une société bourgeoise décadente ; dans l’évocation de la ville de Lisbonne qu’arpente le héros, Carlos de Maia, de la rue des « Janelas Verdes » jusqu’au Chiado; enfin dans le personnage d’Ega, type du Portugais cultivé, hyperconscient, cosmopolite, enclin à dénigrer son pays auquel il est profondément attaché – comme Eça lui-même.

À la fois histoire d’une passion fatale, peinture de mœurs objective et virulente satire, ce livre, dont le rythme rappelle les romans anglais par son style à la fois lumineux, attendri et ironique, a immortalisé Lisbonne dans la littérature.

Eça de Queiroz : c’est le maître incontesté du roman portugais. Fils de magistrat, il suit des études qui le mènent sagement à une carrière administrative. Après avoir été brièvement sous-préfet de Leiria, il entre dans la diplomatie. Nommé consul, il séjourne à La Havane de 1873 à 1874, en Angleterre de 1874 à 1888, à Paris de 1888 à 1900. L’influence de ce parcours cosmopolite est manifeste dans son œuvre. D’abord par la palette de sa vaste culture. Ensuite par son sens aiguisé de la satire, car vivant ainsi de longues années loin de sa terre natale, il est sensible à ce qu’il y a d’étroit, d’archaïque et d’étriqué dans la société portugaise de son temps. Mais en même temps il ne cesse d’avoir la nostalgie du soleil portugais et des vieilles maisons du Douro. Ces sentiments à la fois complexes et contradictoires pour son pays font le charme et la marque de fabrique de la plupart de ses grands romans. Il reste dans la littérature universelle non seulement comme un observateur clairvoyant de la réalité sociale, mais comme un virtuose de l’humour qui ne peut que séduire le lecteur.

Nouvele édition revue.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

par (Libraire)
16 mai 2016

Le roman de Lisbonne

"Os Maias", paru en 1888, vaste fresque sur Lisbonne et le Portugal de la fin du XIXè siècle, valut aussitôt un grand succès à son auteur, journaliste et diplomate. Eça de Queiros y expose, par de fins dialogues et une ...

Lire la suite