Objet rejeté par la mer
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
L'arbalète/Gallimard
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Objet rejeté par la mer

Gallimard

L'arbalète/Gallimard

Offres

  • AideEAN13 : 9782072669767
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    13.99

  • AideEAN13 : 9782072669750
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    13.99

Autre version disponible

"Il est un lieu, non loin de chez moi, que j'aime infiniment traverser à différentes heures de l'après-midi. Il se situe à la rencontre d'une petite rue, dont j'ignore le nom, et de la rue des Goncourt au bout de laquelle se trouve une poste. Entre les deux, quelque chose qui n'est même pas une place, et qui s'adosse à l'église Saint-Maur noircie et triste. En passant par là, je retrouve ce que j'ai tant goûté dans certains paysages de banlieue : le sentiment d'une persistance mystérieuse, cachée dans la nullité de l'endroit. Si le néant pouvait s'incarner, il aurait ce visage de pierres grises, de poussière et de silence. Cela me trouble surtout à la tombée du jour, lorsque s'allument les réverbères, et que tout ce petit théâtre s'enfonce dans l'ombre. Ce que j'éprouve alors, je ne puis l'appeler autrement que l'amour." Dans ce nouveau volume de son journal , Noël Herpe poursuit son entreprise autobiographique, fidèle au parti pris de s'écrire au quotidien, comme s'il cherchait à déchiffrer les rythmes souterrains de sa vie, ou les fils d'un récit invisible. L'inertie des années 1990 et la mort du père, que décrivait Journal en ruines, ne représentent plus ici qu'un souvenir. Au milieu des années 2010, un nouveau rapport au monde se dessine, que cristallise la figure d'Édouard, un garçon insaisissable, tandis que l'imprévu, l'étrange, l'autre entrent en scène.
S'identifier pour envoyer des commentaires.