Conseils de lecture

Les oeuvres de Jean Meckert, 7, Nous avons les mains rouges
12,80
par (Libraire)
12 février 2021

Le Prix Mémorable 2020 des Libraires Initiales !!

"Dans ce roman splendide, écrit à chaud, en 1947, Jean Meckert traite d'un sujet qui fait rage : l'épuration, sordide, violente, la question du pardon, de la réconciliation impossible. »
Grégoire Courtois de la librairie Obliques à Auxerre.


Malgré tout
22,50
par (Libraire)
12 février 2021

Amour toujours

Une BD formidable où l'on suit une rencontre amoureuse en remontant le temps, jusqu'aux dernières pages qui réajustent "l'espace-temps". Une proposition qui fonctionne, une histoire savoureuse et très humaine. L'illustration est tout ce que j'aime.


Un bref instant de splendeur
22,00
par (Libraire)
29 janvier 2021

Un grand, très grand roman !
Texte épistolaire adressé à une mère qui ne sait pas lire, abordant avec brio les thèmes de la famille, de la guerre et de ses conséquences, de l'immigration, du rêve/cauchemar américain, du désir aussi.
Le langage y est traité comme un personnage à part entière. Le propos est complexe et totalement dénué de manichéisme. L'auteur nous propose notamment une fine réflexion autour de la masculinité. Son style, remarquable, oscille entre poésie et prosaïsme, entre brutalité et délicatesse, sans jamais être démonstratif.
C'est riche, c'est dense, c'est splendide !


Un jour ce sera vide
16,50
par (Libraire)
3 novembre 2020

Un merveilleux voyage dans le monde l'enfance.

Il se raconte, ses vacances à la plage, sa grand-mère qu'il adore, sa rencontre avec Baptiste, ses premières émotions, ses rages. Un regard vif, une sensualité naissante, narrés avec des mots chocs !


Le Dernier loup
15,00
par (Libraire)
24 octobre 2019


Au crépuscule de sa pensée, ce philosophe allemand relate à un barman blasé une absurde excursion qui, en doutera-t-on, lui révéla le sort du dernier loup d'Estrémadure.

D’une seule phrase trouble et louvoyante : une prouesse de László Krasznahorkai qui jusqu’au point final nous subjugue.

𝘓𝘦 𝘋𝘦𝘳𝘯𝘪𝘦𝘳 𝘭𝘰𝘶𝘱 divague, instille le doute, interroge la vanité des choses et la part d’ombre des mots.

Vertigineux !